Selon des études, en 2065, Facebook deviendra un cimetière digital dont le nombre de morts excédera celui des vivants. Je vivrai pour toi explore ces profils fantômes de personnes disparues continuant à être taguées, pokées et notifiées. Semblables à des mausolées digitaux, ces comptes sans destinataire semblent devenir des espaces de recueillement et de communication avec l'outre-monde où l’on y partage souvenirs, images et épitaphes. Le web, comme une allégorie de l’Au-delà, ne peut être touché, ni matérialisé. C’est un espace illimité, rendant immortel tout un chacun.

Lien vers le dossier artistique

Reproduction de l'exposition "Je vivrai pour toi" au Festival Bieler Fototage, Suisse.

Calypso Mahieu

Je vivrai pour toi, 2018